Yoga : les bienfaits du yoga et les différentes postures

Contre le stress, pour la beauté

Apparu voici plus de 5000 ans, le yoga est sans aucun doute, avec l’Ayurvéda, la plus ancienne école enseignant l’art de vivre. Originaire d’Inde, cette doctrine remonte à l’époque des rishis, du nom des premiers autochtones qui peuplaient jadis les forêts de la vallée de l’Indus. A force d’observer la nature, ces gens pleins de sagesse ont mis au point des techniques, faites d’exercices et de postures, qui leur permettraient de vivre en paix avec eux-mêmes et de trouver une harmonie entre les énergies du corps, de l’âme et de l’esprit.

Selon la philosophie yogique, l’équilibre entre les potentiels énergétiques humains est synonyme de santé. A l’inverse, la dysharmonie engendre des affections. Lorsque cet équilibre est rétabli, l’être humain en quête d’éternité peut alors mieux se fixer dans « l’expérience de l’instant présent ».

Le yoga se pratique déjà depuis plusieurs millénaires. Vers l’an 400 av J.-C., le savant et philosophe indien Patanjali a rédigé un texte d’importance majeure, le yogasutra, dans lequel il expose sa conception du yoga en tant que système philosophique et religieux.

Il propose également une longue introduction à la méditation. Son oeuvre se compose de 195 aphorismes appelés Sutras.

On considère que le yoga se divise en huit degrés ou « voies », portant respectivement sur les règles de comportement, l’autodiscipline, le maintien corporel, le contrôle de la respiration, la maîtrise des sens, la concentration, la méditation et la détente ou état de conscience supérieure.

Vaincre le stress

Le yoga est une approche philosophique totale. Les exercices physiques, appelés asanas, sollicitent l’être humain entier et leur impact bénéfique, perceptible de l’intérieur comme de l’extérieur, retentit sur le corps, l’âme et l’esprit.

En se renforçant, les muscles rendent le corps à la fois plus mobile et plus souple. La forte stimulation de la circulation sanguine permet de retrouver force et vitalité.

On apprend à mieux gérer sa respiration, ce qui procure un supplément d’oxygène au corps, mais aussi au cerveau : la concentration s’améliore à tous les niveaux. La paix intérieure s’accompagne d’une meilleure conscience de Soi.

Or, n’est-ce pas précisément ce dont nous manquons le plus dans la course agitée qui caractérise la vie moderne ?

Nous sommes confrontés à des facteurs dont la pression croissante génère de multiples stress : la course au succès, le manque de temps, le bruit, l’effervescence, le surmenage, les soucis financiers, etc. Nous en connaissons le prix : de nombreux troubles physiques, tels que maladies cardio-vasculaires, diarrhées, maux de tête ou troubles digestifs.

Autant de manifestations, souvent d’ordre psychosomatique, dont le yoga préserve puisqu’il aide à mieux gérer le quotidien.

La beauté par le yoga

Le yoga met en évidence la perfection de cette machine qu’est le corps. Sa pratique régulière génère souplesse, force et sérénité.

D’après les maîtres de la tradition yogi, le corps idéal doit être vigoureux sans être trop musculeux, ni trop gros ni trop mince (ce qui est aussi la conception moderne du bodyshaping). Pour les anciens textes indiens, un beau corps se devait d’avoir une peau luisante, des yeux brillants, une taille fine et des membres élancés.

Cet idéal peut être atteint par des pratiques visant à l’épuration du système digestif, à la décongestion de l’organisme, en particulier par l’élimination des surcharges pondérales, et des sensations de lourdeur ou de fatigue qui en sont la conséquence. En stimulant la digestion et le métabolisme, un grand nombre d’exercices tonifient de l’intérieur.

D’autres fortifient le dos. Les muscles de l’ossature se développent tout en restant minces et forts, pour assurer notamment un bon maintient physique.

Le Yoga, source de guérison et de santé

Le but ultime du yoga est de parvenir à un état supérieur de la conscience de soi et par la même à la guérison définitive. Selon la doctrine yogique traditionnelle, personne n’est totalement guéri avant d’accéder à ce degré de spiritualité qui passe obligatoirement par l’optimisation de l’énergie vitale.

Chaque exercice de yoga agit sur un organe ou une partie du corps spécifique, avec des effets différents tant sur le plan physique que sur le plan psychique : bien que difficilement mesurable, ce dernier constitue l’essence même de la doctrine yogique.

Un muscle non utilisé se relâche rapidement, se réduit et s’affaiblit. Les articulations peu sollicitées perdent rapidement leur mobilité. C’est ainsi que les personnes âgées finissent par être prisonnières de leur corps et par se mouvoir difficilement.

En tonifiant les muscles et leur coordination, la pratique régulière du yoga préserve la motricité corporelle.

La circulation et les tissus

En sollicitant les muscles et en modifiant les positions respectives des os, certains exercices de yoga exercent une pression accrue sur des organes précis, équivalent à un massage interne intensif qui débarrasse les muscles et les articulations des dépôts nocifs.

Tout l’appareil digestif est mobilisé. Le massage des systèmes lymphatique et vasculaire revêt une importance particulière : les pressions extérieures et les mouvements physiques stimulent leur fonction qui consiste à véhiculer des liquides organiques.

C’est pourquoi de nombreux exercices sont spécifiquement consacrés à ces parties du corps. Veillez à toujours respecter un temps de repos assez long après vos séances de yoga afin que les organes épurateurs – reins, peau, poumons et intestins – puissent tranquillement éliminer les toxines et les impuretés. Buvez beaucoup d’eau pour dynamiser la fonction rénale.

Les muscles, générateurs d’énergie

Pour mieux comprendre l’efficacité du yoga, il faut avoir à l’esprit que les muscles, en perpétuel mouvement, génèrent un flux énergétique qui les fortifie et nourrit en même temps les organes.

A l’instat de l’acupuncture chinoise traditionnelle, la doctrine yogique exploite la connaissance des « méridiens », c’est à dire les voies le long desquelles circule l’énergie, aussi bien à la surface qu’à l’intérieur du corps.

Traditionnellement, on admet qu’il existe 12 méridiens principaux, reliés chacun à un organe. Si l’énergie ne parcourt pas correctement l’un ou l’autre de ces méridiens, l’organe desservi tombe malade. Mais, grâce à ses effets tonifiants et stimulants sur les muscles, le yoga permet de rétablir l’écoulement normal de l’énergie par les méridiens, et ainsi l’alimentation des organes.

La prise de conscience du corps

Chaque exercice de yoga implique une « écoute intérieure » et un effort de concentration sur la respiration et le rythme cardiaque. En même temps, l’esprit s’apaise et s’élève. Cette manière de prendre mieux conscience de son propre corps est aussi la meilleure des médecines préventives. Il est évident qu’un programme normal de yoga ne permet pas d’accéder aux performances légendaires des grands yogis capables de retenir les battements de leur cœur ou de suspendre la douleur.

Mais si vous parvenez, en situation de stress par exemple, à rester calme et à respirer profondément, vous aurez déjà fait un grand pas.

Les huit degrés du yoga

La division du yoga en huit degrés, ou voies, a été induite par la philosophe indien Patanjali dans le célèbre Yogasutra.

Voici ces degrés :

  • règles de vie à respecter dans la relation aux autres (yama)
  • autodiscipline (niyama)
  • postures spécifiques (asana)
  • techniques respiratoires (pranayama)
  • maîtrise des sens (pratyahara)
  • concentration (dharana)
  • méditation (dhyana)
  • détente et conscience supérieure (samadhi)

Les huit degré du yoga constituent aujourd’hui encore le principal pilier de la doctrine. Ils décrivent les règles de comportement qui permettent à chacun de se trouver et de se réaliser pleinement.

Laisser un commentaire